Chine - Etats-Unis : les meilleurs ennemis ?

10/07/2015

  En Février dernier, l’agence de presse officielle chinoise « Xinhua » annonçait la tenue d’une rencontre entre Xi Jinping et Barack Obama en septembre 2015 sur le sol américain. Une première pour le Président de la République Populaire de Chine, en place à ce poste depuis le 14 mars 2013, et qui ne s’était jusqu’alors jamais déplacé sur les terres de l’oncle Sam.

 

  Après la chaleureuse poignée de main lors du sommet de l’APEC entre Obama et Xi Jinping (Asia-Pacific-Economic-Cooperation) en novembre 2014 à Pékin, est-ce là un signe de plus que les relations sino-américaines sont au beau fixe ? Rien n’est pour le moins sûr. Car si les deux premières puissances économiques mondiales trouvent des intérêts communs dans un certain nombre de dossiers internationaux, nombreux sont également les sujets qui demeurent sources de vives tensions entre ces deux pays, devenus au fil des années, meilleurs ennemis.

 

 B. Obama & Xi Jinping au sommet de l'APEC

 

 

La sécurité internationale, actuel ciment de la coopération sino-américaine

 

  La Chine n’échappe pas à la règle. Avec la montée en puissance du djihadisme international, la lutte contre le terrorisme est devenue une pierre angulaire de la politique étrangère des grandes puissances. La situation est en effet préoccupante pour la RPC, dont une partie des 22 000 Km de  frontières terrestres jouxte le Pakistan et l’Afghanistan, deux zones politiquement instables. Plus encore, ce sont les risques d’une contagion insurrectionnelle en interne, dans la province du Xinjiang où réside la minorité musulmane Ouighour, hostile au régime, qui effraient Pékin.  La coopération avec les Etats-Unis est donc sur ce plan essentielle pour le gouvernement chinois. Ce qui ne manquera pas de ravir Washington en quête d’alliés de poids dans sa lutte contre le terrorisme.

 

  Un troisième acteur intervient par ailleurs dans ce dossier, l’Iran, allié de la Chine et ennemi déclaré de l’Etat Islamique et dont les récents accords sur le nucléaire ont renforcé les liens avec les Etats-Unis. Washington et Pékin voient en l’Iran un potentiel rempart face à Daesh et ont la ferme intention de renforcer la position de ce pays au Moyen-Orient. Là encore, la coopération semble donc de mise entre les deux puissances.

 

 

Des accords sur le plan environnemental

 

  L’autre grand point de convergence entre la Chine et les Etats-Unis réside dans la lutte contre le réchauffement climatique. Un accord portant sur cette question a été trouvé en novembre 2014 et le sujet était à nouveau sur la table à l’occasion de la 7e édition du Dialogue stratégique et économique sino-américain le 23 juin dernier. J. Kerry, secrétaire d’Etat des Etats-Unis et M. Wang, vice premier ministre chinois, y menaient les discussions, entourés de leurs délégations respectives composées de politiciens et d’hommes d’affaires.

 

  Suite à la réunion spéciale sur les changements climatiques, M. Wang déclarait : « combattre le changement climatique est la mission commune de l'humanité ». Avant d’ajouter : « la lutte contre le changement climatique offre autant d'opportunités que de défis. Des opportunités commerciales peuvent être trouvées dans la réduction des émissions industrielles, dans l'économie d'énergie des travaux de construction, dans le développement d'énergies propres et dans le nettoyage et la protection de l'environnement. » Pour enfin appeler les Etats-Unis à coopérer de manière « pragmatique » dans ce domaine.

 

Dialogue stratégique et économique sino-américain

 

 

La Thaïlande, nouvel allié de poids de Pékin au détriment des américains ?

 

  Et de pragmatisme il est question dans ces relations bilatérales. Car les deux géants doivent mettre de côté certains de leurs différends pour continuer à coopérer de manière efficace.

Sur le plan militaire d’une part, où Pékin n’apprécie guère les relations poussées des Etats-Unis avec la  Corée du Sud et le Japon. L’Asie du Sud-Est est en effet au cœur d’une bataille stratégique entre américains et chinois. Et ces derniers ont vu d’un très mauvais œil la livraison récente de 12 chasseurs de la part de la Corée, grand allié des américains, à destination des Philippines, autre partenaire stratégique important des Etats-Unis dans la région.

 

  Mais la chine n’a pas dit son dernier mot. Les relations diplomatiques entre Bangkok et Pékin se sont intensifiées ces derniers mois, et la Chine tend à faire de la Thaïlande un allié de poids, au détriment des Etats-Unis.

 

  Pour preuve, le 6 février dernier, le ministre chinois de la défense annonçait en visite à Bangkok, la mise en place d’exercices bilatéraux des armées de l’air thaïlandaise et chinoise. Une annonce loin d’être anodine dès lors qu’elle intervenait 3 jours avant les manœuvres militaires communes entre les Etats-Unis, la Thaïlande et d’autres pays partenaires des américains tels que la Malaisie, la Corée du Sud ou le Japon. Une manière forte de rappeler que la RPC n’entend pas laisser les américains venir librement appliquer leurs manœuvres stratégiques en Asie du Sud-Est.

 

 

Washington lance une mise en garde

 

  A l’occasion de leur rencontre lors du Dialogue stratégique et économique de juin 2015, Washington a rappelé à l’ordre Pékin concernant ses ambitions en Mer de Chine, à l’origine de vives tensions dans la région entre les partenaires des Etats-Unis et l’empire du milieu. Rien d’étonnant, tant les zones en question regorgent d’hydrocarbures et sont un point stratégique pour le commerce mondial.

 

  L’autre mise en garde lors de ce sommet faisait allusion à la cyber-sécurité. Des responsables américains voyant en la dernière cyber-attaque ayant visé les données de millions de fonctionnaires américains, la marque du gouvernement chinois. Le 4 juillet 2015, Hilary Clinton actuellement en campagne pour l’investiture démocrate pour les présidentielles 2016, a quant à elle accusé la Chine de « piratage massif » déclarant : « ne vous y trompez pas, ils savent qu'ils sont en concurrence, et ils feront tout ce qu'ils peuvent pour gagner. »

 

  Selon la Maison Blanche. B. Obama a lui évoqué sur ces deux thèmes « les inquiétudes des Etats-Unis concernant le comportement de la Chine dans les domaines maritime et informatique » et a appelé Pékin « à prendre des mesures concrètes pour faire baisser les tensions ». On appréciera à ce titre les leçons américaines en matière d’espionnage.

 

 

Les préparatifs pour la visite de septembre sont lancés

 

  Le Dialogue stratégique et économique de 2015 a été selon les deux parties, concluant. Malgré des différends évidents, chinois et américains réussissent à s’entendre sur un ensemble de sujets essentiels à leur développement, à leur stabilité et à leur souveraineté.

Lors de ce sommet ont été abordés entre autres  le changement climatique, les interactions dans la région Asie-Pacifique, la gestion des différends et des situations délicates, les Nations Unies et les affaires multilatérales, la science et l'innovation, les ports et les navires écologiques et la lutte contre le commerce illégal des espèces sauvages.

 

  Yang Jiechi, conseiller d’Etat, s’est réjoui du fait  que les deux parties aient obtenu des résultats concrets dans neuf domaines sur le plan stratégique. Avant de préciser qu’elles s'étaient entretenues notamment sur la façon de construire un nouveau type de relations entre grandes puissances. Un sommet propice à la croissance stable et saine des relations sino-américaines selon le conseiller d’Etat. De quoi semble-t-il préparer au mieux la visite événement de Xi Jinping aux Etats-Unis en septembre prochain.

Please reload

SUIVEZ-NOUS
NE MANQUEZ RIEN
ARTICLES RÉCENTS
Please reload

NOS PARTENAIRES
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Instagram Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Diplo'Mates

L'équipe

A propos

Nos actions

Journalisme

Blog

Weekly Diplo

Infographies

© 2018 by DIPLO'MATES | diplomates@em-lyon.com

Diplo'Mates, association étudiante géopolitique

Diplo d'Or

Le concours

Edition 2017

Edition 2018

Edition 2019

Evénements

MUNs

Visites

Conférences

Tables-rondes

Contact

Nous contacter

Devenir partenaire